Pauvreté en 🇨🇭! 😡

Une récente étude à démontrer qu’une personne sur quatorze vit en dessous du seuil de pauvreté et ceci dans l’ignorance la plus totale de notre riche pays …

Si nous faisons un bref calcul, cela représente tout de même 600000 personnes 🤔

La pauvreté a légèrement progressé en Suisse, passant de 6,6% en 2014 à 7% de la population. Ce taux monte à 12,5% pour les femmes seules avec enfants et à 11% pour les personnes qui n’ont suivi que la scolarisation obligatoire, selon la dernière enquête sur les revenus et les conditions de vie. Les étrangers originaires de pays non européens sont aussi vulnérables, avec un taux de près de 12%.

12,5% des familles monoparentales sont pauvres.
12,5% des familles monoparentales sont pauvres. [OFS]
145’000 travailleurs pauvres

En Suisse, plus d’une personne sur cinq (21,7% de la population) ne peut pas faire face à une dépense imprévue de 2500 francs.

Les actifs ne sont pas à l’abri de la pauvreté. Environ 145’000 personnes occupées professionnellement étaient concernées en 2015, avant tout des personnes qui n’avaient pas travaillé pendant toute l’année (10%) comme dans l’hôtellerie et la restauration ou dans de petites entreprises.

En comparaison internationale, la Suisse est toujours bien placée. Le taux de risque de pauvreté s’élève à 15,6%, sous la moyenne de l’Union européenne (17,3%).

Charmant …

Sachant que 10% de la population Suisse “serait millionnaire” on pourrait imaginer que ces derniers leur viennent en aide .. si toutefois ils s’intéressent et savent que des personnes sont dans cette situation de précarité.

Je sais je suis un peu un rêveur ..

 

Soins dentaires pas pour tous 🤐

La RTS propose une émission sur les frais dentaires réservé aux gens qui peuvent se le permettre .. Ou pas!

Depuis plus de 25 ans le Bus Santé des HUG prend régulièrement le pouls de la population genevoise. En 2015, le focus est mis sur l’accès aux soins dentaires. Et là, le constat est alarmant: la Suisse a beau être un pays riche, de plus en plus de personnes renoncent à se faire soigner les dents pour raison économique. Un Genevois sur sept renonce à des soins dentaires. Et un tiers des citoyens de la République gagnant moins de 3’000 francs par mois ne va plus chez le dentiste. Autre indice alarmant: un quart des patients de la Fondation “Point d’eau”, à Lausanne, a priori destinée aux migrants, sont des autochtones, incapables de faire face aux factures de dentistes.

Mais hormis l’étude genevoise, peu de chiffres et pas de statistiques. Seul le sentiment diffus que la paupérisation gagne du terrain à travers le pays.

Impossible d’imaginer il y a quelques années encore, qu’autant de nos concitoyens n’auraient plus accès aux cabinets des dentistes. Et c’est comme si la Suisse découvrait la réalité des “sans dents” que l’on croyait réservée aux pays pauvres.

Rediffusion le 28 avril 2017 à 10h35 et le 1er mai 2017 à 16h05 sur RTS Deux.

https://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/temps-present?id=8461555

 

 

50ans – déjà trop vieux ?

La RTS propose  un reportage sur une génération qui rencontre de plus en plus de difficultés à retrouver du travail après un licenciement

À 50 ans, je suis au chômage
L’émission du 6 avril 2017
Ils ont passé la cinquantaine et brutalement, c’est le couperet: plus d’emploi, le licenciement, puis l’épreuve du chômage. Des semaines puis des mois et des années et plus rien ne vient. Des centaines de lettres de motivation envoyées, sans aucun entretien au bout. Désormais, se retrouver au chômage, en Suisse, à 50 ans peut se transformer en piège qui mène à la précarisation, quelle que soit sa carrière professionnelle.

BV taxés au guichet!

Client pénalisé de 4 fr. par bulletin payé au guichet

Pour inciter les consommateurs à régler leurs factures online, les sociétés tapent là où ça fait mal. Les prix s’envolent

Certaines entreprises ont encore trouvé une combine non réglementée pour facturer des “frais” au Client payant comptant (ou pas!) au guichet avec leur bulletin de versement !

Une fois de plus c’est du grand n’importe quoi 😡 !

Un bulletin de versement orange payé au guichet du géant jaune, des consommateurs qui voient rouge et des entreprises qui invoquent l’esprit vert. Tout ça sur fond de zone grise (voir ci-dessous). Depuis mars, l’opérateur téléphonique Salt fait payer un supplément de 3 fr. 95 pour chaque transaction réglée au guichet postal. Un prix encore jamais atteint. «C’est du vol et je vais écrire à Salt. J’évite les paiements en ligne par peur des malfaiteurs», peste Sandrine, nouvelle cliente chez l’opérateur.

Aînés formés pour ne pas être en rade
Les transactions financières se font de plus en plus sur le Net, au grand dam d’une certaine catégorie de population, notamment les aînés. Pro Senectute forme ceux-ci à maîtriser les nouvelles technologies par des cours et des ateliers «cyberthés». Partout en Suisse, les seniors non connectés peuvent recevoir un soutien du service administratif de l’association.

Invité à se prononcer sur cette question en 2013, le Conseil fédéral avait décidé de ne pas décider. Selon Berne, il revient à la justice de trancher.

 

 

Assurances maladie – l’ascenseur sur 20 ans !

Les primes pourraient avoir doublé d’ici vingt ans, nous sommes heureux..

C’est un sujet qui revient souvent malheureusement, le 7 mars un article nous annonçait des aménagements pour les jeunes et familles, le repos aura été de courte durée.

Assurance maladie – De la poudre à Perlin Pinpin ..

Les primes d’assurance-maladie moyennes vont presque doubler d’ici 2040, selon une étude de Credit Suisse. Les dépenses de santé sont susceptibles d’augmenter de plus de 3% par an en moyenne.

La prime mensuelle moyenne de l’assurance-maladie obligatoire pourrait ainsi passer à 517 francs en 2040 contre 274 francs en 2015, indique Credit Suisse dans son «moniteur suisse» du système de santé publié lundi. Cela correspond à une hausse de 44% une fois les chiffres corrigés de l’inflation générale, précise l’étude.

Article 20 Minutes :

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/26951394

 

 

Assurance maladie – De la poudre à Perlin Pinpin ..

Primes maladies réduites pour jeunes et familles

Le Conseil des Etats a adopté une révision pour alléger le fardeau des familles. La droite a échoué de peu à réduire l’ampleur du projet.

Rien à redire sur le fait d’alléger les primes…mais pas uniquement pour les jeunes et les familles! Le reste de la population souffre aussi de ce système devenu incontrôlable où les seuls à profiter sont les assureurs. De toute façon, tant que le lobby des assureurs aura la mainmise sur le Parlement, le dossier ne passera pas… La seule solution passe par une initiative populaire sur la caisse unique (et une loi sur le contrôle de la pharma et les assurances).

http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/17550750

Surveillance malfaisante ou pas ! – le débat est ouvert

Organismes de référencement sur la solvabilité des entreprises et les privés.

Nous sommes tous exposés un jour à être listé chez une des entreprise genre Money(truc), Tele(machin), et consorts.. pour des retards de paiement chez votre assureur, poursuites ou autres.

A la base cela n’est pas dérangeant, pour les entreprises de pouvoir se renseigner sur la solvabilité d’un nouveau client ou d’un partenaire afin de savoir quelle confiance il peut lui attribuer.

Toutefois où la question est plus cocasse, est de savoir comment ces organismes privés puisent leurs renseignements (FOSC) (Offices des poursuites) et s’ils elles sont à jour !   Plusieurs exemples le démontrent que NON, bien évidemment !

L’autre volet de cette réflexion est de savoir comment ils se procurent des informations sur les délais de paiement des débiteurs et d’autres informations bien plus privées … Auprès de leurs propres gros clients AIE ! (genre assurances, entreprises des télécommunications, etc…)

Cela voudrait dire que certains de nos créanciers (cités plus haut) transmettent délibérément des informations (sur le droit privé) qui ne concerne que vous et le créancier … Si nous arrivons à la démontrer c’est honteux !!

Plusieurs enquêtes ont été faites par la RTS ou la FRC par exemple, dont je vous mets les liens ci-dessous:

https://www.rts.ch/info/economie/6359006-le-juteux-marche-du-renseignement-economique-et-de-la-solvabilite.html

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/on-en-parle/7946788-enquete-sur-les-scores-de-solvabilite-31-08-2016.html

http://www.frc.ch/articles/bons-ou-mauvais-payeurs-tous-fiches/

Pour ma part cela me laisse pantois et vous?

 

Loyer trop cher 💸😬

Le budget dédié au logement met en difficulté quelque 29% des Helvètes, selon une étude publiée jeudi.

Près de trois Suisses sur dix dépensent plus du quart de leur revenu pour leur loyer. Ils sont encore plus nombreux (40%) à devoir limiter leurs autres postes de dépenses, sorties et restaurant en tête, afin de boucler le mois.

 

Trafic de travailleurs, l’Eldorado Suisse

La RTS a diffusé jeudi soir un reportage sur le trafic des travailleurs, affligeant !

L’émission du 16 février 2017

Du dumping salarial qui relève de l’usure, des fiches de salaire truquées, des faux frontaliers avec de vrais permis, des salariés qui sont rançonnés par leur propre patron et du trafic de main d’œuvre bon marché… Certains employeurs ne reculent devant rien, même pas devant des méthodes utilisées par la mafia. Face à cette spirale de l’exploitation, les mesures d’accompagnement semblent bien faibles.

Aujourd’hui en Suisse, des salariés doivent restituer une partie de leur salaire à leur patron ou à des intermédiaires. Autrement dit, ils sont rançonnés. C’est une pratique bien connue au Tessin, et qui porte un nom: le caporalato. Inspiré des méthodes mafieuses, le caporalato est apparu essentiellement dans la construction. Depuis 2010, la justice tessinoise a été saisie d’une dizaine d’affaires de ce genre. En Suisse romande, plusieurs cas viennent d’être signalés.

Une équipe de Temps Présent a voulu en savoir plus. Pour ce faire, elle a remonté le fil d’un scandale de dumping salarial qui avait défrayé la chronique romande durant l’été 2016. Nous avons retrouvé en Pologne les ouvriers qui en avaient été les victimes. Ils nous ont raconté comment ils devaient chaque mois prélever 660 francs sur leur salaire pour les remettre directement à l’individu qui les avait recrutés dans leur pays.

Pour organiser en toute illégalité ces méfaits, ces patrons sans foi ni loi n’hésitent pas à truquer les fiches de salaire, à utiliser de faux frontaliers avec de vrais permis et à pratiquer du dumping salarial qui s’apparente à de l’usure. Mais certains vont encore plus loin. Temps Présent a pu suivre à Genève la brigade judiciaire chargée de la lutte contre la traite des êtres humains. Un trafic qui livre une main-d’œuvre vulnérable et quasiment gratuite.

Rediffusion le vendredi 17 février 2017 à 10h30 et le lundi 20 février 2017 à 16h05 sur RTS Deux.

L’eldorado des J.O. 🤔

 Les sites olympiques se cachent pour mourir

L’organisation des Jeux olympiques est souvent un gouffre financier, quelle que soit d’ailleurs la santé économique du pays hôte. Des infrastructures immenses sont construites alors qu’elles ne resserviront pas, ou très peu. Et la planète se retrouve parsemée de cimetières olympiques, où rouillent une piste de bobsleigh, un stade envahi de mauvaises herbes, une piscine à l’abandon…

Impraticable, rouillé, abandonné à la nature

Un autre cimetière olympique célèbre est celui des JO de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, en 1984. La Yougoslavie de l’époque a, depuis, connu la guerre, et Sarajevo est devenue dans les années 1990 une ville martyre. Plus de trente ans après, si certaines structures ont été restaurées, comme le complexe sportif de Kosevo, d’autres sont complètement abandonnées.

La piste de bobsleigh des Jeux olympiques d’hiver 1984, au mont Trebevic, près de Sarajevo, en septembre 2013.
L’impact environnemental des cimetières olympiques est considérable, notamment dans les zones montagneuses, où les aménagements survivent rarement à la durée de la compétition. En France, par exemple, des vestiges des JO d’hiver de Grenoble (1968) sont encore visibles dans la région, comme le rappelait Reporterre, ainsi du tremplin de saut à ski de Saint-Nizier qui y rouille depuis près d’un demi-siècle. Un tunnel percé dans la montagne entre Grenoble et le plateau du Vercors devait servir pour rallier l’un des sites de compétition. Il est impraticable depuis un éboulement en 1993.

Le site de canoë-kayak des Jeux olympiques de Pékin (2008), le 27 mars 2012.
A Turin, qui accueillait les JO d’hiver en 2006, on avait imaginé que les rampes de saut à ski deviendraient un site d’entraînement pérenne. Comme le relatait La Repubblica en 2010, il n’en fut rien, les rampes ayant été détruites par des avalanches. Aujourd’hui, comme dans beaucoup d’autres sites rendus à la nature :

Un infrarouge RTS y est consacré